bullesye [2020]

[video: 4:19 min]

[plastic-visual extension of Étude V pour guitare by Heitor Villa-Lobos]


Qui frappe l’air, bon Dieu ! de ces lugubres cris ?
Est-ce donc pour veiller qu’on se couche à Paris ?
Et quel fâcheux démon, durant les nuits entières,
Rassemble ici les chats de toutes les gouttières ?
J’ai beau sauter du lit, plein de trouble et d’effroi,
Je pense qu’avec eux tout l’enfer est chez moi :
L’un miaule en grondant comme un tigre en furie ;
L’autre roule sa voix comme un enfant qui crie.
Ce n’est pas tout encore : les souris et les rats
Semblent, pour m’éveiller, s’entendre avec les chats,
Plus importuns pour moi, durant la nuit obscure,
Que jamais, en plein jour, ne fut l’abbé de Pure.


 

Nicolas Boileau (1636-1711)
Les embarras de Paris (extrait)

 

still bullseye.png

Tous mes étés, les fenêtres de ma petite chambre de bonne sont remplies par des cris dès le matin jusqu’à minuit. Des cris toujours accompagnés par les images furtives des fragments de la nouvelle attraction mécanique de l’été dans la Fête des Tuileries.  La mécanicité de ces attractions, m’a incité une analogie spirituelle avec la perfection cherchée dans le travail d’un interprète de la musique classique, dans ce cas particulier, avec une étude pour guitare.

   Cette petite mise en abyme, est l’extension plastique (ici audiovisuelle) de l’Étude V pour guitare, du compositeur brésilien Heitor Villa-Lobos.


 


Bertrand Chavarría-Aldrete
4 décembre 2020 à Malmö, Suède

  • Black Instagram Icon